L’Empress of Ireland, qui a coulé dans le Saint-Laurent près de deux ans après le Titanic, a fait presque autant de victimes que ce dernier.

Un peu d'histoire

Naufrages célèbres


Malgré qu’aujourd’hui les aides à la navigation (pilotes, bouées, radars, GPS) font en sorte que le Saint-Laurent est très sécuritaire, il n’en fut pas toujours ainsi. Des milliers de naufrages ont eu lieu sur le Saint-Laurent. À titre d'exemple, on compte près de 700 naufrages seulement entre les années 1856 et 1866. Les courants, les vents, le brouillard, les hauts-fonds sont autant de facteurs qui rendaient la navigation difficile.

 

L’Empress of Ireland, le plus célèbre naufrage sur le Saint-Laurent

Un des naufrages les plus célèbres du Saint-Laurent est sans aucun doute celui de l’Empress of Ireland, en 1914. Ce navire transatlantique venait de quitter Québec quand, dans un banc de brouillard au large de Sainte-Luce, près de Rimouski, il a heurté un autre navire, soit un charbonnier norvégien, le Storstad. L’Empress of Ireland a coulé en seulement 14 minutes, entraînant plus de 1 000 personnes dans la mort.

 

Naufrages de l'Erebus et du Terror

Les épaves de navires perdus en mer fascinent et font l'objet d'intenses recherches afin de les repérer et de les explorer. Autant pour les chasseurs d'épaves que les archéologues, ces vestiges constituent de véritables trésors.

Le territoire canadien abrite les épaves de deux des navires les plus recherchés dans le monde, l'Erebus et le Terror. C'est à bord de ces deux navires qu'une expédition de 129 hommes, conduite par sir John Franklin, quitta l'Angleterre vers l'océan Arctique pour une expédition de trois ans, dans le but de trouver un passage vers le Nord-Ouest. Les bateaux, pourtant conçus pour affronter les conditions polaires, ont cependant disparu. À la suite de nombreuses recherches, on a retrouvé plusieurs artéfacts qui ont permis de connaître le sort des navires et de leurs équipages.

À l'automne 1946, les bateaux demeurèrent prisonniers des glaces. Après un an et demi d'immobilisme, et à la suite de la mort de nombreux hommes, dont Franklin, les survivants tentèrent de rejoindre le continent à pieds. Aucun d'eux n'y est parvenu.

Le gouvernement canadien espère grandement être le premier à localiser l'Erebus et le Terror, afin de les protéger des chasseurs d'épaves et des pilleurs et d'en préserver la valeur patrimoniale. Les deux épaves ont d'ailleurs été nommées lieux historique nationaux en 1992. En août 2008, une expédition menée par l'archéologue de Parcs Canada, Robert Grenier, est partie en mission de 6 semaines afin de retrouver les épaves.

 

Centre National des naufrages du Saint-Laurent

Bon nombre de naufrages sur le Saint-Laurent sont immortalisés au Centre National des naufrages du Saint-Laurent situé à Baie-Trinité. Sur leur site internet, vous pourrez d’ailleurs découvrir plusieurs navires qui ont coulé dans le fleuve ainsi que des récits de courage. Le Centre National de naufrages du Saint-Laurent permet aussi aux plus curieux de se plonger dans l’histoire et l’archéologie en observant des artefacts. La représentation multimédia Mayday vous permettra de revivre les naufrages de plusieurs navires avec un grand réalisme. Vous pourrez ensuite observer, à proximité du Centre National, les lieux où se sont produits certains de ces naufrages.

 

Site historique maritime de Pointe-au-Père

Le Site historique maritime de Pointe-au-Père offre à ses visiteurs 200 ans d'histoire maritime. Ce site historique propose notamment la visite du célèbre sous-marin Honongada. Il s’agit d’une occasion unique de découvrir l’univers des sous-mariniers. Il est aussi possible de gravir les 128 marches du phare de Pointe-au-Père qui est l’un des plus hauts au Canada avec ses 33 mètres.

 


 

Pour en savoir davantage à ce sujet, consultez :


Ce site est administré par le Ministère des transports